la plume et la main 

L’Exutoire

                                 

 

 

                                 Je me noie toujours dans mes poèmes

                    Car je ne sais ni fumer ni boire.

                       Je vogue sur les rimes que j’aime

                         Pour que s’évente mon désespoir.

 

 

 

                            Ma plume suspend quelques idées

                    Au premier vers de ma poésie,

                              Surveille en allant, ses petits pieds,

                                    Pour qu’ils ne tombent dans l’aphasie.

 

 

 

            Hexamètre ou alexandrin,

                     Prénom bizarre pour un poète

                         Qui n’a ni verre à pied, ni levain,

                   Juste une césure dans la tête.

 

 

 

                         C’est elle qui coupe à mi-chemin,

                      Les idées qui sourdent à l’envi,

                                        Dans des vers qu’on lit crayons en main

                          Pour troquer le hiatus qui fait fi.

 

 

 

                                        Le premier jet, celui qui vient du cœur,

                                       Plein de pudeur, perd son romantisme

                              Car on lui panse quelques erreurs,

                         Contre une allure de syllogisme.

 

 

 

               C’est sa part de personnalité

                                   Qu’on tue par petits coups de syntaxe,

                        Et qu’à bout de tirade essoufflée,

                Sa parade de mots se désaxe.

 

 

 

                  À l’instar de l’aube du moulin,

                Abreuve l’élan de tes pensées.

                   La matière première est regain

                    Pour celui qui nourrit ses idées.

 

 

 

 

                         Un hommage à tous les poètes.

                                             La poésie comme l’humanité se présente

                     sous des visages différents. 

                                    Sa sœur est la liberté d’expression…

                 Enfin ce qu’il en reste…

           9 MAI 2018 (Dédale)

                               Maria-Carméla Duhin-Carnélos

la plume d'oie de l'écrivain!