Les poèmes de Maricarmelle

02 juillet 2018

ENCRE

 

 

 

salle de classe banc table chier ouvert buvard avec traces d'encre violette

ENCRE

Le stress jour après jour,

Mais le stress pour l’’Amour

De son métier.

 

Différent des autres,

C’est un métier d’apôtres

Et de « récrés ».

 

Qui transmet le savoir

Sans fierté, sans pourboire

À des enfants.

 

Qui veulent de l’Ecole

L’instruction non l’obole,

L’enseignement.

 

Le stress jour après jour

Mais avec le cœur lourd

Du retraité.

 

Celui qui va goûter

Des moments oubliés,

La liberté…

 

Ma chère Nadine,

reçois ces quelques rimes juste pour sourire à la vie,

pour te souhaiter une interminable retraite débordante de bonheur !

Tu vas enfin goûter la liberté des moments oubliés

ceux que tu as tant de fois remis au lendemain,

ils sont là tous groupés qui t’attendent !

Heureuse retraite !

Avec toute mon affection, ton ancienne collègue sur les rails depuis 12ans.

Maria - 29 juin 2018 -

la plume d'oie de l'écrivain!

Posté par maricarmelle à 20:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


25 juin 2018

Cahier du jour...

 

bouquiner

 

Cahier du jour

 

 

    Chacun son tour

Entend vibrer

    Soit un tambour,

Soit un sifflet.

 

Dans une cour,

       Dans un grand pré,

  Chacun son tour

Doit s’en aller.

 

       La peur au ventre,

Le cœur serré,

  Celui qui rentre

      Doit s’éclipser…

 

      Des raisons d’âge,

D’ancienneté,

De bavardage

  Sans maugréer.

 

Il faut partir,

         Fuir ! Place nette !

Autre avenir,

    Autre internet !

 

      Comment quitter

      Ce beau métier ?

Des associés

 Si familiers !

 

      On joue les durs,

  Mais en secret

    On n’est pas sûr

          D’un peu pleurer…

 

 

CE 25 JUIN 2018 EN L’HONNEUR

       du départ en retraite de Nadine Lefebvre !

Une collègue très attachante

qui a su, par sa douceur,

                       au fil des nombreuses années scolaires communes,

tisser des liens exceptionnels d'amitié

                        gravant ainsi des souvenirs solides  et indélébiles…

                Chère NADINE,                                            

que cette retraite te soit paisible,

qu’elle t'apporte  mille bonheurs 

plus surprenants les uns que autres,

      entourée de ta famille bien-aimée…  

BONNE RETRAITE!

Maria

la plume d'oie de l'écrivain!

 

Posté par maricarmelle à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2018

INFO

Posté par maricarmelle à 22:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 juin 2018

CLAVIER

 

 

CLAVIER

amitié informatique

 

Ô lecteurs inconnus

           Qu'ils sont beaux vos messages

     Traversant tant de rues 

   Et tant de pays sages!

 

 

 

 

  Que de douces paroles

    Montent de la clairière

        D'où l'oiseau prend son vol

          Vers un nid sans frontière...

 

 

 

 

 

 De plume ou de métal

  Le voyage est facile!

      Le clin d'oeil collégial,

   L'amitié d'un concile!

 

 

 

 

 

      AMI du bout des yeux MERCI!

  Maricarmelle 22-05-2018

(Douzain)

la plume d'oie de l'écrivain!

VINGT VENELLE DU VENT

 

la bouche du vent

VINGT VENELLE DU VENT

 

 

    Le vent c’est la vie

Il sème à l’envi

    Il siffle et la tisse

        Il souffle et la pousse.

 

 

   Direct droit devant

Douloureusement

  Dans un dur décor

     Il nous jette un sort.

 

 

 Quand une bouffée

 Vient nous étouffer

 Vite il nous rattrape

    Voltige et nous happe.

 

 

    Il détruit, il sème,

Il agit bohème,

  Démonte et bâtit

     Commence et finit…

 

 

     Un jour il s’absente,

  Chaleur accablante

        Jeunes et vieux meurent

     De sueurs en pleurs…

 

 

 La vague de vent

  Verse à la va-vite

 Son vagissement

   Et tout périclite…

 

 

 

Maria-Carméla Duhin-Carnélos

10 juin 2018 à Sin-le-Noble(Dédale)

 

 

  Sur cette terrasse en asphalte rouge,

                  un banc, en poly résine, vert, me sert de siège.

 Les derniers chants d’oiseaux,

s’espacent de minute en minute et

 me maintiennent en communion

avec les derniers rayons du soleil couchant.

Alors je lâche mon stylographe,

je quitte la venelle du vent pour…

M’imprégner de ces instants de bonheur,

seule à seule avec la nature.

 Il est 21h15, je suis seule à vivre ce moment

à cet endroit et vous ?

 Vous êtes les seuls à qui je révèle cette vérité !

11-06-2018

Vous! Mes bloggeuses et mes blogueurs: mes privilégiés!

(N B: une venelle est une ruelle.)

Maricarmelle

Posté par maricarmelle à 17:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


08 juin 2018

TROIS PETITS POINTS...

Trois petits points…

 

modele-lettres-administratives

 

 

Plus d’éclats de voix dans mon téléphone,

Plus de mots à taper sur ton clavier,

Plus de flash sur l’écran que j’abandonne,

Encor moins de message à m’expédier…

 

 

Ta présence impalpable prédomine

Quand tes vocalises feutrées martèlent

Ce silence assommant que j’abomine,

À petit feu comme un bout de chandelle…

 

 

Par bonheur il me reste ton absence

Pour mes inconsolables nuits de peine

Où vibre en crescendo ton vide intense

Qui glace mes vieux doigts dans leurs mitaines…

 

 

 

Le syndrome « adolescence » aux yeux doux

Lui qui guérit l’enfant de sa candeur,

Envahit sa tête de projets fous,

Ôte un à un les maillons de son cœur…

 

 

 

Il n’entend plus les cris de son enfance

Reléguée dans le rond-point de l’oubli,

Il ne sent pas des anciens la souffrance,

L’ado fier aux idées bien établies…

 

 

 

Mais tu seras toujours notre petit,

Notre amour armé de patience espère,

Nous attendrons ton nouvel appétit

Pour t’offrir ce que l’on a de plus cher…

 

 

 

 

 

Le 25-11-2017

Pour mes deux « ados »

Et à tous les ados qui auraient tendance à mettre les petits vieux en suspens…

Rien de bien méchant, c’est juste en rimes le simple témoignage d’amour d’une mamie…

Maria-Carméla Duhin-Carnélos

(Dolcissimi)

la plume d'oie de l'écrivain!

 

 

 

Posté par maricarmelle à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2018

Pressions et impressions

le souvenir

 

 

Pressions et impressions                                     

 meli-mélo

 

    Méli-Mélo drames de Sandrine Fillassier.

 

Ce livre se lit puis se relit…puis…

Ce livre ne se range pas… Non !

Il faut revenir voir cet enfant au regard si triste… tellement triste ! Tellement mystérieux !

Ce fils merveilleux a besoin de nos yeux…

Je disais à l’instant que ce livre ne doit pas être rangé, non, ça me ferait trop de peine…

Il reste là, sous ma main pour être à tout moment feuilleté, c’est ainsi que la vie continue.

Car la pensée fait vivre l’être aimé, c’est l’oubli qui le fait disparaître à jamais.

Mardi 17 avril 2018 à Sin-le-Noble

Maria-Carméla   Duhin-Carnélos

 

 

 

     billets d'humeur                            

 

 

Billets d’Humeur, attention départ,

Pleins d’humour, de douceur,

De vérité à méditer

D’impair à éviter,

De tendresse verbale

De magie spatiale…

Sandrine Fillassier

Un rêve interplanétaire

Qu’il faut lire absolument

Pour que s’envolent nos tourments !

Merci Sandrine !

Tu restes le tsunami stellaire et littéraire du XXI siècle !

 

 

Mercredi 18 avril 2018 toujours à Sin-le-Noble.

BRAVO !!! 

 Maricarmelle                    (Prologue de Dédale)                             

la plume d'oie de l'écrivain!

Posté par maricarmelle à 21:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

05 juin 2018

CLIN D'OEIL

clin d'oeil du soleil

 

 

CLIN D'OEIL

 

Allez voir un psychiatre,

Quittez le coin de l'âtre!

Lavage de cerveau,

Plus de rime à vau-l'eau!

Que des vers en cadence

Pour que les pieds avancent

Sans mêler le hiatus

Jusqu'à l'arrêt du bus!

Voyage en idée claire

Ne pas quitter la terre...

Bien boucler sa ceinture

Au jet de la césure,

Regarder devant soi,

Abandonner l'émoi!

Embrasser l'avenir

Eviter les soupirs,

Préconiser la pause

Plus longtemps vous repose:

La ronde a quatre temps,

La vie n'a qu'un temps!

 

 

 

 

 

 

Maria-Carméla

Duhin-Carnélos

Premier poème de "Dédale"

31-05-2018

la plume d'oie de l'écrivain!

Posté par maricarmelle à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 juin 2018

L'avant-courrière du jour

chemin arboré

L'avant-courrière du jour

 

 

             Une sente arborée qui mène à la piscine

                     Un chemin parfumé de senteurs de glycines

                 Aux couleurs diaprées sur tonnelle divine

                          Mélodies fredonnées des merles qu'on devine...

 

 

 

          Ce passage,planté d'arbres odoriférants

                                Qui tels des rangs troupiers s'inclinent en bruissant,

                    Gagne la mémoire olfactive pour longtemps,

                  Aux regrets du nostalgique et du courtisan!

 

 

 

                  Or, plus d'alternative: il faut fermer les yeux

                    Pour revoir cet endroit, le sentir encor mieux.

                                  Mieux qu'avant où l'on ne pensait pas "qu'être vieux"

              Arrive plus vite que l'instant des Adieux...

 

 

30 mai-2 juin 2018

                          l'avant-courrière du jour= l'aurore(mot oublié)

Maria-Carméla Duhin-Carnélos

premier poème de "Douzain"

la plume d'oie de l'écrivain!

Posté par maricarmelle à 22:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 juin 2018

CONSTANCE

 

 Dessin-livre-ouvert-bougie-lunettes

 

 

                   CONSTANCE

 

 

 Qu’as-tu fait de mon poème ?          

 Celui qui n’était pas corrigé,

 Pour effacer l’anathème

 J’avais écrit des vers parfumés.

 

 

 

 Quel sort va-t-il endurer ?

 L’as-tu lu, l’as-tu montré ? Dis-moi !

 Je devais le rectifier

 Que dira-t-on de ce rabat-joie ?

 

 

 

 

Je voulais le retrouver

Pour ajouter un grand arc-en-ciel

 Avec des mots bigarrés,

 Et peindre des fleurs au goût de miel.

 

 

 

 

Il est… Tu ne sais plus où ?

L’espoir de le relire s’éteint

En étouffant mon courroux…

Dis-moi, que seront mes lendemains ?                              

                                             

                                            

                                          

 

Ce souvenir de jeunesse

Maintenant n’est plus qu’un désespoir

Voilant mon cœur de détresse

Et de mélancolie ma mémoire…

 

 

 

 

La main qui guidait ma plume,

Tremble en tournant les pages jaunies,

Soudain mon regard s’embrume

Face à mon cahier de poésie.

                                                               

                                                                                     

 

                      

Ainsi tu l’as déniché !

 Lis-moi donc la ligne du « Je t’aime »

 Mon secret longtemps gardé :

 Ma confession d’Amour ce poème…

 

 

 

 

Vendredi 13 octobre 2017        Maria-Carméla   Duhin-Carnélos

Particularités  de ce poème :

Heptasyllabe (7) et ennéasyllabe (9) en alternance dans chaque quatrain.

Un anathème : un blâme, un reproche sévère

Bigarré :de couleurs variées

Le courroux : une vive colère 

Constance est un coup du vague à l'âme!

C'est le premier poème de "Bribes en escapade".

                                                       

la plume d'oie de l'écrivain!

Posté par maricarmelle à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Précipice

 

livres et rose

 

 

Précipice

 

 

Tenir de l’aïeul aimé la main frémissante                                 

Lui susurrer du bout des yeux la phrase aimante

Cachée par pudeur en nos tréfonds insondables

En y mêlant pleurs et joies indéfinissables.

 

 

 

 

Ne plus parler ou juste un peu, rien qu’un regard

L’ultime silence sur le quai d’une gare,

La dernière larme impossible à contrôler

Qui crie sans voix sa passion pour l’être adulé.

 

 

 

 

Son clin d’œil d’amour apaisait les émotions

Des veillées partagées au cœur de la maison,

Quand blottie contre elle en communion familiale

Son parfum grisait mon attachement filial.

 

 

 

 

J’aime en ces soirs embrasser ses mains bienfaisantes…

Imaginer leur tiédeur flétrie de tourmente,

M’envahit d’amertume, quand je veux encor

Sentir à mon front sa joue chaude qui m’endort.

 

 

 

 

 Quoi ?  Tes doigts fatigués ne se réchauffent plus !

 Et ce livre ouvert sous tes yeux clos, t’a-t-il plu ?

 Qu’as-tu ? Réponds maman. Tu pars à tire-d’aile

 Sans rien dire et sans t’éveiller, vers ce grand ciel…

 

 

 

 

 

Maricarmelle.          22/01/2017

« Attendre…même quelqu’un qui ne reviendra plus… »

Premier poème de Catimini.

 

la plume d'oie de l'écrivain!

 

 

 

 

CANDEUR ET FORFAITURE

 

l'enfant puni

 

 

         Candeur et Forfaiture

 

 

              Pour sortir l’enfant de sa peine

                 J’ai griffonné ces quelques mots,

      Avec du bleu de méthylène

            Juste pour soulager ses maux.

 

 

               Ses larmes coulent sur les lignes

         Faisant de lui l’élève indigne.

                 Ainsi c’est mon fils que l’on blesse

           Et c’est lui qui tait sa détresse.

 

 

            Bien sûr il commet des bêtises,

Il accumule les sottises.

    Rire et distraire l’équipée :

Des défis d’indiscipliné !

 

 

      Ce petit être au cœur fragile

                Vit dans son monde ou sur son île,

    Parmi les fées et les lutins,

      Les automates, les pantins…

 

 

 

           Coupable donc d’avoir huit ans,

    De réagir comme un enfant

Qui n’a pas de maturité !

   Qu’en est-il de la société ?

 

 

   Laissez-le vivre son enfance

À sa mesure à sa cadence,

Profiter de ses rêves doux

    Et non de ces actes de fous !

 

 

On lui reproche sa gaieté !

      Pourquoi faut-il l’en affliger ?

 Peut-être sera-t-il acteur ?

              Magicien plein de bonne humeur…

 

 

 Oui, j’ai copié sa punition

     Car il m’a demandé pardon.

    Voilà monsieur l’instituteur

           Je ne suis pas bon précepteur…

 

 

À mon grand Sam chéri, j’offre ces quelques rimes   pour me faire pardonner  d’avoir eu souvent une main légère et insensée…

L’Amour vaut plus que la sévérité,lui seul fait preuve de maturité…

(1/2)

Premier poème de Dolcissimi.

10 /15 JUIN 2014   Maria-Carméla Duhin-Carnélos 

la plume d'oie de l'écrivain!

   

 

28 mai 2018

SEPT

 

prononciation

                              mots de colombe poétesse

SEPT

 Les mots écrits, parcourus, 

Sont lus et même relus. 

Puis ils sont mis à l’écart

Jusqu’au retour du cafard.

 

Les mots écrits, mais pas dits !

Les mots dits sont érudits,

Ce sont de simples paroles

Qu’au premier souffle s’envolent…

 

Le mot dit est commercial,

En smoking, en récital, 

Il se plaît à l’extérieur,

Pas dans l’alcôve du cœur.

 

Discours précieux du dimanche,

Mais poème en rose blanche.

Mot dit n’est pas à maudire,

Mais écrit fait réfléchir.

  

Le mot dit naît dans la foule,

L’écrit, lui, vient de la houle

Des sentiments en sursis

Non du sarcasme en débris…

 

 Le mot dit est une gifle

 Qui tue le merle qui siffle,

 Ou, lui laisse des blessures

 Et du sang sur les ramures…

 

 Réfléchi, le mot est CRI !

 Or, il est dit dans le gris

 Des souffrances de la vie…

 Un MOT, plus fort que la nuit !

 

 

 

Maria-Carméla Duhin-Carnélos 

Vendredi 25 mai 2018 (Dédale) 

Merle-chanteur, un mot, du sang,

Hommage aux INNOCENTS du BATACLAN…

N'oublions jamais le 13 novembre 2015!

 

 

 

          

la plume d'oie de l'écrivain!

 

 

Posté par maricarmelle à 16:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

22 mai 2018

inStaNtaNé !

_coeur plein d'enfants

 

 

 

 

 

INsTaNtAné 

 

Saisons à l’envers

Poème à l’endroit

Les droits des enfants,

Parlons-en,

Naître et respirer

Grandir être aimés

Pour vivre en confiance

Sans peur ni méfiance

Et qu’enfin sur la terre,

L’Amour brise la guerre…

 

VŒU du 10 mai 2018

Et pour toujours…

 Maricarmelle

 ( impromptu dans Dolcissimi)

 

Les enfants ont plus besoin de modèles que de critiques.

Joseph Joubert- moraliste- 1754/1824.

 

 

 

 

 

la plume d'oie de l'écrivain!

 

 

 

Posté par maricarmelle à 21:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2018

LES AMANTS MEURTRIS

 

2 coeurs et 1 papillon brillance

Les amants meurtris

 

 

 Leurs initiales entaillées sur ce tronc d’arbre 

              Signent pour toujours leur serment d’intense amour. 

         Avant que ces deux corps ne gisent sous le marbre, 

      Deux cœurs blessés pleurent l’impossible retour.

 

 

 

                      Mouillées de larmes, des fleurs vident leurs fragrances 

         Au gré du vent, par-delà leurs folles passions…

 Pliant leurs ailes dont décline la brillance 

             Ces amants meurtris fuient comme des papillons.

 

 

 

       Puisqu’en arrière ils ne peuvent plus revenir, 

  C’est vers le néant qu’ils décident de partir, 

           Vers un lieu de paix où n’existent plus les peines, 

            Un Eden aux senteurs d’Amour et non de haine...

 

 

   Mars 2016 Maricarmelle,

                     une pensée pour tous les cœurs brisés...

   (Douzain)

la plume d'oie de l'écrivain!

 

 

                            

 

Posté par maricarmelle à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 mai 2018

L'EXUTOIRE

 

 

la plume et la main 

L’Exutoire

                                 

 

 

                                 Je me noie toujours dans mes poèmes

                    Car je ne sais ni fumer ni boire.

                       Je vogue sur les rimes que j’aime

                         Pour que s’évente mon désespoir.

 

 

 

                            Ma plume suspend quelques idées

                    Au premier vers de ma poésie,

                              Surveille en allant, ses petits pieds,

                                    Pour qu’ils ne tombent dans l’aphasie.

 

 

 

            Hexamètre ou alexandrin,

                     Prénom bizarre pour un poète

                         Qui n’a ni verre à pied, ni levain,

                   Juste une césure dans la tête.

 

 

 

                         C’est elle qui coupe à mi-chemin,

                      Les idées qui sourdent à l’envi,

                                        Dans des vers qu’on lit crayons en main

                          Pour troquer le hiatus qui fait fi.

 

 

 

                                        Le premier jet, celui qui vient du cœur,

                                       Plein de pudeur, perd son romantisme

                              Car on lui panse quelques erreurs,

                         Contre une allure de syllogisme.

 

 

 

               C’est sa part de personnalité

                                   Qu’on tue par petits coups de syntaxe,

                        Et qu’à bout de tirade essoufflée,

                Sa parade de mots se désaxe.

 

 

 

                  À l’instar de l’aube du moulin,

                Abreuve l’élan de tes pensées.

                   La matière première est regain

                    Pour celui qui nourrit ses idées.

 

 

 

 

                         Un hommage à tous les poètes.

                                             La poésie comme l’humanité se présente

                     sous des visages différents. 

                                    Sa sœur est la liberté d’expression…

                 Enfin ce qu’il en reste…

           9 MAI 2018 (Dédale)

                               Maria-Carméla Duhin-Carnélos

la plume d'oie de l'écrivain!

 

 

 

 

 

02 mai 2018

ANGE

 

chemin forestier rouge de tristesse

 

 

 ANGE

 

 

                 Dans chaque goutte d'eau,

             Un bec trempe son bout.

         Font ainsi les oiseaux,

                   Leur faut jamais beaucoup.

 

 

 

        Pour les enfants aussi

             Suffit d'un peu d'Amour,

           Pour apaiser leurs cris,

           Des baisers de velours.

 

 

 

                  Pour arrêter leurs larmes 

Face à la cruauté,

           Il faut jeter nos armes,

 Prôner la loyauté.

 

 

 

  Un enfant si petit,

             Pourquoi le bousculer?

Un rien le réjouit

Dans sa naïveté.

 

 

 

    Il faut si peu de chose

Pour le faire sourire

   Le parfum d'une rose

        L'écho d'un p'tit navire...

 

 

 

   Des êtres vulnérables

 Pas assez protégés!

      Torturés par des diables

     Jamais assez châtiés...

 

 

 

la vie l'enfant et son nounours citation de georges Brassens

 

 

Pour toi Angélique, petit Ange plein d'innocence, ce modeste hommage...

Maricarmelle  mercredi 2 mai 2018.(en hommage à Angélique Six)

(Dolcissimi)

 

 

la plume d'oie de l'écrivain!

 

 

01 mai 2018

URGENCE

depositphotos_119249714-stock-photo-team-surgeon-at-work-in

 

 

 

Urgence

 

 

 

                 Un premier mai, seule dans mon angoisse,

            Un vendredi de surcroît plein de poisse

               Juste avec mon coeur au pouls d'anxiété,

    Avec mon âme refusant de pleurer,

  Du soleil dehors et le noir dedans,

          L'appel qu'avec impatience on attend...

               Quand soudain le soir, des mots illuminent

              Mon espoir: c'est la mort qu'on extermine!

          La vie couve en ce corps qui redémarre

                 Un compte à rebours plus loin et plus tard...

  

 

 

                  Révérence au professeur André Vincentelli,

               Chirurgien hors pair en cardio-vasculaire

 qui, le vendredi premier mai 2015

            a opéré mon mari en urgence à l’hôpital

cardiologique de Lille.

   Du combat entre la vie et  la mort,

c’est la vie qui a gagné!

Merci Monsieur VINCENTELLI , vous êtes un grand Homme!

Un Maître.

   

 

Maricarmelle le 01-05-2018

  

la plume d'oie de l'écrivain!

 

 

 

27 avril 2018

Préambule

le mousse et son voilier

Préambule

 

 

Un souffle de vent marin déplace ma plume

    Son encre sympathique aligne un flot de mots

Puis la feuille emportée, se pose sur l’écume

          Qui va, revient et part en quittant le « ras d’eau ».

 

  

      Ces bribes « qu’Edilivre » emmène en escapade

  Suivent de près les poèmes des trois décades.

         Un mois de trente jours, juste pour lire ensemble,

                     Douze mois dont quatre saisons, mon cœur en tremble…

 

  

   Voilà pour tout dire,

           La « Maison » m’inspire,

 L’éditeur propose,

 Le lecteur dispose.

 

 

  

 Maricarmelle

 Mars 2018 

...car un dernier essai peut parfois tout changer...

Grâce aux éloges de Madame Fillassier Sandrine et au professionnalisme de Monsieur Paul Thuillier, on assiste à mon revirement vers la Maison d'édition "Edilivre" au moment-même où je m'apprêtais à la quitter... (Dédale)

                                                                                                                                                                                                                   

la plume d'oie de l'écrivain!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par maricarmelle à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 avril 2018

Une grande DAME de LETTRES au salon littéraire de SIN-LE-NOBLE

 

 

Sandrine Fillassier et moi le samedi 14 avril 2018 salle Rony Coutteure 

POUR TOUT VOUS DIRE:

il s'agit de Sandrine FILLASSIER          

         

LXIXeme

 

         

 

 

       

 

 La plume à la main

 Doigts sur le clavier

 Un texte divin

 Sourd sur le papier

 

 

 

 Des mots en cascade

 De syllabe en rime

 Boit sa limonade 

 Et de nouveau "trime"

 

 

 

Plus rien ne l'arrête

Bien déterminée

Idées plein la tête

Sitôt imprimées

 

 

 

Sandrine est volcan

D'amour de douceur

En un court instant

Se change en Bonheur

 

 

 

Et si ses écrits 

Nous font réfléchir

Sa leçon de Vie

Dessine un sourire...

 

 

 

Merci Sandrine de nous transmettre un message de bonheur à travers tes écrits.

Pour toi. Ces quelques vers puérils te font une révérence poétiquement simple.

L... (elle...ailes...)    le 18 AVRIL 2018

Avec toute mon affection

Maricarmelle

 

 

 

 

la plume d'oie de l'écrivain!

Posté par maricarmelle à 14:43 - Commentaires [6] - Permalien [#]